top of page
  • Photo du rédacteurPierre-Gaël Pasquiou

Karma La Villette : Cinéma d'hier, escalade de demain

Dans l'enceinte verdoyante du parc de la Villette à Paris, se trame une métamorphose peu ordinaire. L'ancien cinéma dynamique Cinaxe, autrefois un joyau de la technologie et du divertissement, se prépare à embrasser une seconde vie sous l'égide de la Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade (FFME). D'ici 2024, ce lieu, délaissé par le temps, renaîtra en tant que Karma La Villette, une salle d'escalade fédérale. Ce projet, loin d'être un simple changement d'affectation, s'inscrit dans une démarche plus vaste de responsabilité sociétale et de redéfinition de l'espace urbain.


Karma La Villette
Crédit : M. Lamoureux

Le début des travaux a été marqué par un geste à la fois symbolique et pragmatique. Avant de se lancer dans le curage de l'équipement, la FFME a invité des associations de récupération de matériel à sauver ce qui pouvait l'être. Ce geste, à la croisée de l'économie circulaire et de l'engagement sociétal, souligne une approche réfléchie de la réhabilitation. Des objets variés, du projecteur à l'escalier hélicoïdal, ont ainsi trouvé de nouvelles affectations, témoignant d'une volonté de préserver plutôt que de détruire.


Un projet qui n'a pour autant pas été sans controverses. En 2021, l'Union Des Salles d'Escalade (UDSE) exprimait son mécontentement, voyant dans cette initiative une forme de concurrence déloyale. L'UDSE, regroupant la grande majorité des salles d'escalade privées, a longtemps vu d'un mauvais œil cette incursion de la FFME dans le domaine commercial. Cela a mené à des discussions houleuses, des promesses de mise en conformité fiscale de Karma La Villette, et à un dialogue tendu mais nécessaire entre les différentes parties prenantes.


Le débat autour de Karma La Villette n'est pas qu'une question de concurrence commerciale. Il interroge la place d'une fédération sportive dans le paysage économique et social. L'opposition de l'UDSE, parfois virulente, révèle des failles et des frustrations au sein du monde de l'escalade, soulignant des besoins différents selon les acteurs. Pour la FFME, ce projet représente une opportunité de revitaliser un lieu, de promouvoir l'escalade et de s'engager dans des pratiques plus durables. Pour l'UDSE, c'est un symptôme d'une fédération qui s'éloigne de ses missions premières.


Depuis ces tensions, les deux parties se sont parlé : l’UDSE a eu l’assurance que « Karma la Villette sera un secteur marchand » donc soumis aux mêmes taxes que les salles privées.


Karma La Villette est un peu le symbole d'une évolution, d'un milieu qui se cherche entre tradition et innovation, entre engagement communautaire et impératifs commerciaux. Dans cette transformation d'un ancien cinéma en un espace dédié à l'escalade, se joue une petite part du futur de ce sport en milieu urbain. Une chose est sûre, Karma La Villette ne laisse personne indifférent et continuera d'alimenter les conversations au sein de la communauté de l'escalade.

DEUX FOIS PAR MOIS,
LE MEILLEUR DE LA GRIMPE

deco logo

Merci pour ton inscription !

PLUS DE GRIMPE

bottom of page