top of page
  • Photo du rédacteurPierre-Gaël Pasquiou

4 exercices pour appréhender la peur de la chute

La peur de la chute est un défi normal que la très grande majorité des grimpeuses et grimpeurs ressentent, et ce même après des années d'expérience. Dans la plupart des cas, cela peut être un frein à votre progression, à votre désir d'aller chercher des voies dans des niveaux de difficultés supérieurs, mais dans certains cas, elle peut même se traduire par l'arrêt de la pratique ou l'utilisation systématique d'une moulinette pour grimper.


Grimpeur chute
© Beal

Au-delà de cela, la peur est aussi un facteur de stress et de tension qui consomme de l'énergie et réduit notre capacité à prendre les bonnes décisions dans des situations compliquées. C'est pourquoi il est essentiel de travailler régulièrement sur votre peur de la chute et que nous vous partageons ces quatre exercices pour vous y aider. S'ils sont tout à fait réalisables aussi bien en intérieur qu'en extérieur, nous vous recommandons de commencer par les faire en intérieur pour limiter les facteurs de risque et les sources extérieures supplémentaires de craintes.


À noter également que pratiquer ces exercices implique d'avoir déjà une bonne connaissance des techniques d'escalade en tête et un assureur qui n'a pas découvert la pratique la semaine dernière.


1. Les petits pas


Inutile de démarrer de manière extrême en sautant trois points au-dessus de la dernière dégaine clippée. L'exercice risquerait d'être, en plus d'être dangereux, plus traumatisant qu'autre chose. Le principe des petits pas est d'y aller progressivement : clippez la dernière dégaine de la voie et lâchez-vous en étant juste en dessous de celle-ci, recommencez en vous lâchant avec la dégaine au niveau de votre taille, puis au niveau du genou, puis de vos pieds et enfin avec les pieds juste au-dessus de la dernière dégaine clippée.


Vous pouvez réaliser l'ensemble de cet enchaînement sur une même séance, mais vous pouvez aussi décider de le faire en plusieurs fois. À vous de juger en fonction de votre degré d'anxiété sur chaque étape. Il est tout à fait possible que pour la première séance, sauter avec la dernière dégaine clippée au niveau de votre taille vous suffise largement. Vous pourrez continuer l'enchaînement à la prochaine session.


Idéalement, il faudrait pratiquer ces séries en salle et sur une paroi déversante. Psychologiquement, c'est plus difficile pour certain(e)s mais cela garantit un niveau de sécurité optimal. Sauter depuis une dalle peut paraître plus rassurant pour commencer, mais le risque de se blesser est plus important. Le mieux est d'y aller progressivement en commençant par un mur déversant, puis vertical, et enfin une dalle.


2. La chute pendulaire


Une fois que vous avez bien travaillé l'exercice précédent, vous pouvez travailler un autre exercice qui ne consiste plus à chuter tout droit mais de côté. En effet, on ne décide malheureusement pas toujours de l'endroit où l'on va lâcher les prises et il se peut que vous tombiez à droite ou à gauche de la dernière dégaine que vous avez clippée. Et dans ces cas-là, vous allez effectuer ce que l'on appelle un pendule.


L'idée de cet exercice est relativement proche de celle des petits pas, l'objectif étant d'y aller crescendo. Essayez de faire des vols de plus en plus grands avec le temps, et vous pouvez aussi modifier l'écart vers la gauche et vers la droite.


La chute pendulaire nécessite d'avoir un assureur expérimenté pour qu'il soit en capacité de vous offrir une réception la plus douce possible.


3. Tombez lorsque vous avez peur


Une fois que vous êtes plutôt à l'aise dans l'exercice de vous laisser tomber dans un moment choisi, sur différentes hauteurs et dans différents angles, c'est le moment de pousser l'exercice un peu plus loin. L'idée de cet exercice est de vous laisser tomber dans une position ou à un endroit où vous ressentez la peur de prendre un vol.


Cela peut être, par exemple, dans un dièdre, ou sur un passage très technique où vous devez lever votre jambe très haut, ou pendant un croisé, dans un toit, etc. Bref, le principe est de chuter là où vous n'avez pas envie de chuter.


4. Prenez un vol à un moment non choisi


L'exercice précédent nécessite une bonne dose de force mentale pour accepter de prendre une chute précisément à un moment qui ne vous arrange pas. Pour celui-ci, vous n'aurez pas à prendre la décision puisque ce sera à votre assureur de crier "Chute !" au moment où il décide que vous devez vous laisser tomber. Idéal pour ressentir de manière réaliste les sensations liées à une chute inattendue.

DEUX FOIS PAR MOIS,
LE MEILLEUR DE LA GRIMPE

deco logo

Merci pour ton inscription !

PLUS DE GRIMPE

bottom of page