top of page
  • Photo du rédacteurPierre-Gaël Pasquiou

Escalade et climat : le périple d'Alex Honnold dans Arctic Ascent

Le grimpeur le plus connu au monde, Alex Honnold, mis en lumière suite à "Free Solo" qui a reçu l'Oscar du meilleur documentaire en 2019, se lance dans un nouveau défi avec "Arctic Ascent". Cette série documentaire en trois parties sera diffusée sur National Geographic le 5 février prochain. Un récit qui nous permettra de suivre l'expédition d'Alex Honnold et de son équipe, comprenant la célèbre grimpeuse britannique Hazel Findlay, dans l'est du Groenland. Leur mission : gravir l'un des plus hauts monolithes naturels non escaladés au monde.


Arctic Ascent

Arctic Ascent

Arctic Ascent

Au-delà de la performance de cette escalade de six semaines en haute montagne, l'objectif est aussi de réaliser un certain nombre de relevés pour aider la communauté scientifique à établir des mesures sur l'impact des changements climatiques. Chacun des trois épisodes présente une étape clé de l'expédition, mélangeant défi physique et apport à la science.


Le premier épisode "71 degrés nord" est consacré à l'ascension d'un immense glacier, à la recherche de signes de fonte. Ils tombent sur une énorme caverne dans la glace qu'ils décident d'explorer. Arrivés au sommet du glacier, un mur de granit de plus de 450 mètres se dressent devant l'équipe qui doit l'escalader, un challenge de taille pour les plus novices de l'équipe.


L'épisode suivant, "Sur la corde raide", présente l'ascension de Pool Wall, un monolithe de pierre de 450 mètres de haut où la chute de glace représente un danger constant. Alex Honnold y subit d'ailleurs un choc important suite à la chute d'un bloc de glace. Un accident qu'il prend avec le recul qu'on lui connaît bien :


"C'est comme être heurté par un glaçon qui tombe à grande vitesse. Ça fait mal, mais ça ne tuera pas comme pourrait le faire une pierre."

Ils se lancent ensuite dans la traversée exténuante de 68 kilomètres à travers la calotte glaciaire de Renland. Une longue session de ski dans les blizzards, sous la neige et à éviter les crevasses mortelles.


Le point culminant de la série est bien entendu la première ascension de l'Ingmikortilaq, s'élevant à 1 143 mètres. Connu sous le nom de "The Separate One", ce mur imposant nécessite cinq jours d'escalade acharnée, avec des nuits passées dans des sacs de couchage attachés à la paroi rocheuse. Ils découvrent qu'ils sont peut-être en train de réaliser l'escalade la plus dangereuse qu'ils n'aient jamais tentée. Dans cette partie, l'équipe de scientifique, dont la glaciologue française Heïdi Sevestre, obtient des résultats inattendus sur l'un des glaciers les plus importants du Groenland.


Une série que l'on attend avec impatience et qui promet des images magnifiques, comme le laisse entrevoir la bande-annonce. "Arctic Ascent" s'inscrit comme un nouveau format narratif qui permet d'utiliser l'escalade pour sensibiliser aux enjeux climatiques et à une prise de conscience écologique nécessaire.



DEUX FOIS PAR MOIS,
LE MEILLEUR DE LA GRIMPE

deco logo

Merci pour ton inscription !

PLUS DE GRIMPE

bottom of page